Les maladies les plus courantes en afrique

03/02/2023

En Afrique, les maladies infectieuses et les maladies non transmissibles continuent de poser un défi majeur pour la santé publique. Du paludisme aux maladies cardiaques, en passant par le VIH / sida et le cancer, les maladies courantes en Afrique ont un impact considérable sur la vie des personnes touchées ainsi que sur les systèmes de santé et économies des pays. Dans cet article, nous examinerons les maladies les plus courantes en Afrique telles que la malnutrition, le paludisme, la tuberculose ou encore le VIH. Nous discuterons également des mesures prises pour lutter contre ces maladies et des défis liés à cette lutte.

L’Afrique est le continent le plus touché par les maladies infectieuses. Les maladies les plus courantes en Afrique sont le paludisme, la tuberculose, le VIH/sida et la malnutrition.

Le paludisme

Les maladies les plus courantes en Afrique malnutrition paludisme tuberculose VIH - le paludisme
L’anophèle femelle est responsable de la propagation du paludisme

Le paludisme est l’une des maladies les plus courantes en Afrique, causée par des parasites transmis par des moustiques. Le moustique responsable de cette transmission est l’anophèle femelle. Le paludisme est la principale cause de mortalité dans la région, en particulier chez les enfants de moins de cinq ans. Les complications peuvent en être graves, telles que la fièvre, les vomissements, la diarrhée, les maux de tête et l’anémie. Les personnes atteintes de paludisme peuvent également souffrir de troubles respiratoires, de troubles neurologiques et de crises convulsives.

Il existe plusieurs facteurs qui contribuent à la propagation de cette maladie en Afrique. L’un des principaux facteurs est le manque d’accès à des moyens de prévention et de traitement efficaces. Les moustiquaires imprégnées d’insecticide et les médicaments antipaludiques sont les moyens les plus couramment utilisés pour prévenir et traiter la maladie. Cependant, l’accès à ces moyens de prévention est souvent limité dans les régions les plus touchées par le paludisme.

Il est également important de noter que le paludisme est plus fréquent dans les régions où les conditions climatiques et environnementales sont favorables à la prolifération des moustiques. Ainsi, cette maladie touche particulièrement les zones côtières, les marécages et les zones rurales. En outre, l’augmentation de la population dans ces régions et l’urbanisation accélérée ont contribué à sa propagation.

La prévention du paludisme

La lutte contre le paludisme doit passer par la mise en place de programmes de lutte efficaces pour réduire la morbidité et la mortalité liées à cette maladie en Afrique. Cela comprend des campagnes de sensibilisation pour informer les populations des moyens de prévention et de traitement, ainsi que des programmes de distribution de moustiquaires imprégnées d’insecticide et de médicaments antipaludiques. Les programmes de recherche et développement pour développer de nouveaux moyens de prévention et de traitement sont également essentiels pour lutter contre cette maladie.

En résumé, le paludisme, causée par des parasites transmis par des moustiques est l’une des maladies les plus courantes en Afrique, avec le VIH, la tuberculose et les conséquences de la malnutrition. Il est la principale cause de mortalité dans la région, en particulier chez les enfants de moins de cinq ans. Il existe des moyens de prévention et de traitement efficaces, mais l’accès à ces moyens est souvent limité dans les régions.

Les campagnes de sensibilisation et les programmes de lutte contre les moustiques sont également importants pour réduire les taux d’infection. Les organisations de santé et les gouvernements locaux peuvent jouer un rôle clé dans la lutte contre le paludisme en Afrique. Il est crucial de poursuivre les efforts pour améliorer les conditions de vie des populations afin de réduire les taux de paludisme en particulier, mais aussi de toutes les maladies infectieuses dont le VIH, la tuberculose et les conséquences de la malnutrition.

La tuberculose

Les maladies les plus courantes en Afrique malnutrition paludisme tuberculose VIH - la tuberculose

La tuberculose est une maladie infectieuse causée par la bactérie Mycobacterium tuberculosis qui est l’une des maladies les plus courantes en Afrique. Elle est la deuxième cause de mortalité dans la région, après le paludisme. La tuberculose est plus fréquente chez les personnes atteintes de VIH/sida car leur système immunitaire est affaibli. Les symptômes de la tuberculose peuvent inclure la fièvre, la toux, la perte de poids et la fatigue. Ces symptômes peuvent être similaires à ceux d’autres maladies respiratoires. Il est donc important de consulter un médecin pour un diagnostic précis.

La prévention de la tuberculose

Il existe des moyens efficaces de prévention et de traitement de la tuberculose, tels que les médicaments antituberculeux qui doivent être pris pendant six mois ou plus. Le traitement de la tuberculose est crucial pour éviter les complications graves et pour prévenir la transmission de la maladie à d’autres personnes. Il est également important de se faire dépister régulièrement pour détecter la maladie à un stade précoce et ainsi faciliter le traitement.

Il est important de noter que la tuberculose est un problème de santé publique majeur en Afrique et qu’il est nécessaire de continuer à investir dans les programmes de prévention, de dépistage et de traitement pour réduire la mortalité liée à cette maladie.

Le VIH/sida

Les maladies les plus courantes en Afrique malnutrition paludisme tuberculose VIH - le VIH
La progression du VIH dans le monde

Le VIH/sida est une maladie infectieuse qui détruit le système immunitaire et peut entraîner des complications graves, telles que la pneumonie, la tuberculose et les cancers. En Afrique, cette maladie est particulièrement répandue. Selon les données de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), en 2020, environ 22,9 millions de personnes vivent avec le VIH en Afrique. Il s’agit d’un chiffre alarmant qui met en évidence la nécessité de poursuivre les efforts pour prévenir et traiter cette maladie. Pourtant, l’Afrique a réalisé des progrès considérables dans la lutte contre le VIH au cours de la dernière décennie, réduisant de 43 % le nombre de nouvelles infections et diminuant de près de moitié le nombre de décès liés au sida. Néanmoins, de nombreux pays ont pris du retard par rapport aux principaux objectifs intermédiaires d’élimination de la maladie et les difficultés liées à la COVID-19 ont aggravé la situation.

La prévention du VIH/ SIDA

Il existe des moyens de prévention efficaces pour éviter la transmission du VIH. L’utilisation de préservatifs, la réduction des risques liés aux relations sexuelles et le traitement préventif de la mère à l’enfant sont des méthodes efficaces pour réduire les taux de transmission. En outre, il existe des médicaments antirétroviraux efficaces pour traiter le VIH/sida. Cependant, l’accès à ces médicaments reste un défi en Afrique, où de nombreux patients n’ont pas accès aux soins de santé de qualité.

Il est important de souligner que le VIH/sida est également étroitement lié à d’autres problèmes de santé en Afrique, tels que la tuberculose, qui est plus fréquente chez les personnes vivant avec le VIH. Il est donc crucial de poursuivre les efforts pour prévenir et traiter cette maladie en Afrique, en renforçant les systèmes de santé et en améliorant l’accès aux soins de santé pour les personnes vivant avec le VIH.

La malnutrition

La hausse des prix des denrées alimentaires en Afrique

Les maladies les plus courantes en Afrique malnutrition paludisme tuberculose VIH - la malnutrition
La malnutrition selon le FMI

La malnutrition en Afrique est un problème de santé majeur qui affecte principalement les enfants de moins de cinq ans. Elle est la principale cause de mortalité chez les enfants. Elle peut entraîner des complications graves telles que la sous-nutrition, la croissance retardée et les carences en nutriments. Les causes de la malnutrition en Afrique sont multiples et comprennent :

La pauvreté 

L’Afrique concentre le plus grand nombre de personnes en situation d’extrême pauvreté à l’échelle mondiale. L’extrême pauvreté est mesurée par le nombre de personnes vivant avec moins de 1,90 dollar par jour. Ce taux est très élevé dans les pays d’Afrique centrale et d’Afrique de l’Ouest, et en dessous de 20% dans les pays d’Afrique Australe et du Nord.

L’insuffisance alimentaire 

Contrairement à ce qu’on pourrait attendre, l’Afrique n’a pas atteint la suffisance alimentaire. La pauvreté, le manque d’industrialisation font que dans tous les pays d’Afrique une portion de la population vit sous le seuil d’extrême pauvreté et donc est victime d’insuffisance alimentaire.

Les conflits et les crises humanitaires 

Depuis l’avènement des conflits en Afrique le sujet de «sécurité alimentaire » est né. Le Comité des Nations Unies sur la sécurité alimentaire mondiale (CSA) définit désormais la sécurité alimentaire comme étant « lorsque tous les êtres humains, à tout moment, ont un accès physique, social et économique à des aliments suffisants, sûrs et nutritifs qui répondent à leurs besoins alimentaires et à leurs préférences alimentaires pour mener une vie active et saine ». Vous pouvez jeter un œil sur la Déclaration de Rome sur la sécurité alimentaire mondiale et Plan d’action du Sommet Mondial de l’Alimentation. Les pays signataires s’y engagent pour lutter contre l’insécurité alimentaire et ont mis sur pied un plan d’action.

Les longues périodes de sécheresse affectent la production alimentaire de certains pays, ce qui menace la sécurité alimentaire. Des facteurs d’un autre type peuvent également l’affecter, comme les pertes d’emplois, les restrictions de déplacement. Dans le contexte de la pandémie Covid 19 le confinement par exemple a rendu beaucoup plus difficile l’accès à la nourriture à cause de son impact sur la vie des citoyens.

Les solutions mises en oeuvre

Des programmes de nutrition et de soins de santé maternelle et infantile efficaces existent pour prévenir et traiter la malnutrition. Ils ont pour but d’améliorer l’accès à des aliments nutritifs et de fournir des soins de santé de qualité. Les personnes les plus vulnérables sont les principaux destinataires de ces programmes. Ainsi, le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies s’est vu décerner le prix Nobel de la paix en 2020.

La distribution de nourriture, et la sensibilisation des communautés à l’importance d’une alimentation équilibrée et de soins de santé adéquats sont d’autres moyens efficaces pour prévenir et traiter la malnutrition en Afrique.

En conclusion

Les maladies les plus courantes en Afrique sont le paludisme, le VIH/sida, la tuberculose, les conséquences de la malnutrition. La diarrhée et la rougeole font également partie de cette liste. Ces maladies ont un impact considérable sur la santé des populations africaines et sont responsables de nombreux décès chaque année. Il est important de continuer à investir dans la recherche et les programmes de prévention. Ceci permettra de lutter contre ces maladies et améliorer la santé des populations africaines. Sensibiliser les populations aux risques et moyens de prévention de ces maladies permet de réduire leur incidence. Enfin, les systèmes de santé en Afrique doivent être améliorés. Cela passe par des actions dont le résultat final sera l’accès facile aux soins de santé de qualité pour tous.

@Sennacare.com vous aide au quotidien pour la santé de vos proches


Newsletter
Recevez nos publications directement dans votre boîte de messagerie
Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.
Optin