Les maladies oculaires en Afrique : Glaucome, DMLA, Cataracte

28/03/2023

Prendre soin de ses yeux n’est pas un fait anodin. De nombreuses maladies oculaires donnent lieu à des complications suite à de la négligence. Sur 7 milliards d’individus, 2,2 milliards souffrent de problème de vue dans le monde. 6% de ces personnes se trouveraient en Afrique. Les pathologies vont de la déficience visuelle à la cécité. En Octobre 2019, l‘OMS publiait son premier rapport mondial sur la vision. On y découvrait que la moitié des déficiences visuelles pourraient être évitées si les malades recevaient les soins appropriés. La myopie, la presbytie, le glaucome ou encore la cataracte figurent parmi les affections pouvant être soignées ou soulagées, et qui ne le sont pas toujours.

L’OMS a aussi constaté que les déficiences visuelles graves ou moins graves sont en constante augmentation. Des actions de prévention ou de meilleure prise en charge de ces pathologies devraient être menées pour soulager à minima la portion de ceux qui devraient pouvoir continuer à vivre une vie normale. Permettre à ceux victimes de cécité ou malvoyance de s’adapter à une nouvelle vie et de continuer à occuper une place dans la société est aussi primordial.

Dans cet article nous allons aborder le glaucome et les maladies oculaires. Notre but est de vous informer sur les éventuels symptômes et sur la prévention.

Les déficiences visuelles en forte augmentation

Faisons un petit focus sur la gravité de la situation. En effet on constate que les déficiences visuelles sont en forte augmentation. Ceci est du essentiellement aux changements du mode de vie.

Dns un premier temps, l’augmentation des troubles ophtalmologiques a un lien direct avec la croissance démographique et le vieillissement de la population. En effet la prévalence des troubles et déficiences oculaires augmente avec l’âge.

Myopie et rétinopathie diabétique en hausse

De façon plus ciblée, on observe une explosion de la myopie. Cela s’explique par le fait qu’on passe moins de temps à l’extérieur et plus de temps devant les écrans. En 2000, on prévoyait que 1,4 milliard de personnes, soit 23 % de la population mondiale, souffraient de myopie. On s’attend toutefois à ce que ce chiffre monte rapidement. Il pourrait alors atteindre 4,7 milliards d’individus (près de la moitié de la population de la planète) d’ici à 2050 ! Un mode de prévention de cette malade oculaire serait d’augmenter le temps passé à l’extérieur par exemple.

La rétinopathie diabétique est également une affection oculaire en pleine expansion. Elle concerne les personnes atteintes de diabète, en particulier le diabète de type 2. En effet, en cas de complications, le diabète peut aboutir à des troubles de la vision. Même si le diabète dans la plupart des cas aboutit à une rétinopathie, des examens ophtalmiques réguliers et une bonne surveillance du diabète peuvent en minimiser l’impact sur la vision à long terme.

Un dépistage précoce encore en mal de vitesse

Enfin, l’absence de dépistage précoce des affections ophtalmologiques contribue à leur augmentation dans la population. Malheureusement, d’innombrables personnes n’ont pas accès au dépistage précoce nécessaire pour détecter les maladies oculaires et profiter des avantages d’un traitement rapide. Le glaucome par exemple gagnerait à être dépisté plus tôt car il n’existe pas de traitement de guérison, mais des traitements existent pour ralentir voire stopper sa progression.

Les maladies oculaires les plus courantes

Le glaucome

Le glaucome est une maladie chronique de l’œil du à des lésions du nerf optique. Les terminaisons nerveuses du nerf optique se dégradent petit à petit, ce qui augmente la pression intra oculaire. En l’absence de traitement, le glaucome peut conduire à la cécité. Le malade perd progressivement la vision périphérique pour ne conserver qu’une vision centrale qui elle aussi se dégradera en cas de non traitement. Le glaucome chronique est la forme la plus répandue, et des centaines de milliers de personnes en souffrent sans le savoir. Lors de l’occurrence du glaucome aigu, le patient ressent des douleurs oculaires, sa vue se dégrade brusquement, et faute d’intervention chirurgicale, le nerf optique et la rétine sont permanemment endommagés et conduisent à une malvoyance sévère, voire la cécité.

Facteurs de risques

Le glaucome est causé par un certain nombre de facteurs, dont la génétique et les conditions environnementales. Parmi les facteurs de risque du glaucome figure en premier l’augmentation de la pression intra oculaire ou hypertonie oculaire.

On note également l’âge et les antécédents familiaux. Le glaucome survient en général à partir de 40 ans, et le risque d’occurrence du glaucome augmente avec l’âge. En ce qui concerne les antécédents familiaux, si un parent dans votre famille proche a ou a eu le glaucome, i est recommandé de faire des examens de contrôle car vous êtes plus susceptible que d’autres d’avoir un glaucome.

Egalement, on observe que le risque de glaucome est plus élevé chez les populations d’origine africaines, de même que le risque d’apparition précoce du glaucome.

Enfin, le risque de glaucome augmente avec une forte myopie, les lésions ou traumatismes oculaires, l’utilisation de certains médicaments tels que les stéroïdes ou corticoïdes, et l’utilisation à long terme de lentilles de contact.

Prévention et traitement

Afin de diagnostiquer le glaucome, le professionnel de santé procède à divers examens, tels que le test de tonométrie : qui permet de détecter la pression intraoculaire de l’œil ; le fond d’œil, qui permet de détecter d’éventuelles lésions sur la papille optique pouvant survenir en cas de glaucome. Il est peu à peu remplacé par la tomographie par cohérence optique (OCT) qui est extrêmement plus précise.

Le traitement consiste essentiellement à réduire la pression intraoculaire. On y arrive en réduisant la production de l’humeur aqueuse à l’aide de médicaments ou d’ultrasons, ou en augmentant son élimination à l’aide de médicaments. On procède trabéculoplastie (élargissement de l’angle iridocornéen) par laser ou chirurgie.

La rétinopathie diabétique

Il s’agit d’une complication oculaire courante qui peut affecter les personnes atteintes de diabète. Cette maladie, due à la dégradation de la rétine par les taux sanguins de sucre élevés, provoque des lésions de la rétine en altérant son irrigation sanguine. Plus une personne est diabétique depuis longtemps, plus elle risque de développer une rétinopathie diabétique.

Les symptômes de la rétinopathie comprennent une vision floue ou fluctuante, une vision des couleurs altérée et des zones sombres ou vides dans le champ de vision. Dans certains cas, elle peut entraîner une perte de vision si elle n’est pas traitée. D’autres signes peuvent une mauvaise vision nocturne ou une difficulté à reconnaître les visages, la déformation des lettres lors de la lecture ou encore des complications à passer de la lumière à l’obscurité.

La rétinopathie diabétique peut survenir sans prévenir et se manifester chez une personne dont la vision semble bonne et qui ne présente aucun autre symptôme.

Facteurs de risques

Les facteurs de risque de rétinopathie diabétique comprennent la durée du diabète, le niveau de glycémie, la présence d’hypertension artérielle, la dépendance à l’insuline, la grossesse, les taux de lipides sériques sélectionnés, les facteurs nutritionnels et génétiques.

Prévention et traitement

Des contrôles réguliers chez l’ophtalmologue, au moins une fois par an, permettent de prévenir l’apparition de la maladie. Le médecin réalise les examens suivants:

  • le contrôle de l’acuité visuelle
  • la mesure de la tension oculaire
  • dans certains cas, une angiographie rétinienne (examen des vaisseaux de la rétine)
  • le fond d’œil (très important car consiste en une photographie de la rétine)

L’examen comprend également une étape entretien au cours de laquelle le médecin s’assure que le malade surveille correctement son diabète.

Dans le cadre du traitement, diverses actions peuvent être mises en place :

  • réguler son hémoglobine glyquée (reflet de la glycémie) en dessous de 7 %
  • arrêter de fumer
  • contrôler son poids
  • faire en sorte d’avoir une tension artérielle inférieure ou égale à 14/8 mm Hg
  • surveiller son bilan lipidique (cholestérol et/ou triglycérides*)

Une intervention au laser, appelée photocoagulation panrétinienne , peut être effectuée pour détruire les petits vaisseaux altérés dont la présence favorise un décollement de la rétine.

Une intervention chirurgicale peut être faite afin de remplacer le corps vitré à l’intérieur de l’œil (vitrectomie) en cas de stade avancé avec une hémorragie du vitré ou une fibrose.

La Cataracte

La cataracte est l’une des principale cause de cécité en Afrique. C’est une maladie oculaire dans laquelle le cristallin de l’œil devient progressivement plus opaque, entraînant une vision floue. Elle peut apparaître dans un œil mais en général, elle affecte les deux yeux.

Les symptômes comprennent une vision restreinte et une sensation de brouillard continu qui peut aller jusqu’à la cécité.

Facteurs de risques

La cataracte la plus fréquente est liée à l’âge. L’opacification du cristallin augmente avec le vieillissement. En cas de traumatisme oculaire, une cataracte post-traumatique peut apparaître. Ces cataractes traumatiques, souvent causées par des blessures par perforation, peuvent être unilatérales c’est-à-dire affecter un seul œil au lieu des deux simultanément.

Certains facteurs peuvent influencer le développement de la maladie comme l’exposition au soleil, tabagisme et/ou consommation d’alcool.

Certaines maladies de l’œil peuvent être à l’origine d’une cataracte : myopie sévère, rétinopathie pigmentaire, uvéite chronique (maladie inflammatoire de l’uvée, une des tuniques de l’œil), des antécédents de chirurgie oculaire (par exemple pour décollement de rétine).

La cataracte peut résulter de la prise longue de certains médicaments de type corticoïdes, ou d’une intervention chirurgicale proche de la région de l’orbite.

Enfin, certaines maladies telles que le diabète ou l »insuffisance de sécrétion des parathyroïdes, favorisent l’apparition de la cataracte.

Une maladie rare, la cataracte congénitale, touche le nouveau-né dans 0.03% des cas. Une intervention chirurgicale le plus tôt possible améliore la qualité de la vision ultérieure.

Prévention et traitement

Dans l’optique d’un traitement, une opération de la cataracte peut être envisagée. L’opération consiste à inciser le sac cristallin sur environ deux millimètres, puis à y introduire une petite sonde à ultrasons qui désagrège et aspire son contenu, dont les dépôts opaques. Le sac ainsi vidé permet de remplacer la lentille défectueuse par un implant artificiel. Pour éviter les risques d’infection, les deux yeux ne seront pas opérés le même jour.

Les autres maladies oculaires les plus répandues en Afrique

les maladies oculaires

En Afrique, d’autres maladies oculaires sont répandues. Il s’agit de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), la cécité des rivières ou onchocercose, le trachome, et les erreurs de réfraction qui regroupent la myopie, l’hypermétropie et l’astigmatisme.

La DMLA

Se caractérise par une augmentation de la pression oculaire. Elle peut entraîner une perte totale de la vue. Les symptômes comprennent une vision floue ou inexistante au centre du champ visuel en raison de la lente destruction du nerf optique. À ce jour, il n’y a pas de traitement définitif ou de guérison de la maladie. Le traitement se fait via l’utilisation d’injections de médicaments, de lasers, de photothérapie dynamique et parfois de chirurgie, afin de ralentir la progression de la maladie.

La cécité des rivière

Est une maladie parasitaire causée par un ver qui se transmet par les piqûres de mouches noires infectées. Elle est présente dans 30 pays africains. Les symptômes se matérialisent par des lésions telles que des éruptions cutanées, des lésions, des démangeaisons, une dépigmentation cutanée et dans les cas les plus graves, une cécité permanente.

Le trachome

Est une maladie douloureuse causée par une infection bactérienne de l’œil. L’infection se transmet par contact avec les yeux et les sécrétions nasales d’une personne infectée, ainsi que par des mains ou des vêtements contaminés. Elle peut même être transmise d’un individu à l’autre par les mouches. L’OMS recommande le SAFE, chirurgie, antibiotiques, lavage du visage et changement environnemental, pour gérer cette endémie.

Les erreurs de réfraction

Peuvent être corrigées avec des aides optiques comme des lunettes.

La prévention, la première solution

On peut se rendre compte que les maladies oculaires sont un enjeu de santé publique pour tous les pays du monde, avec u niveau de gravité et des affections principales liées aux conditions de vie et aux environnementales dans lesquels évoluent les populations. La prévention reste le meilleure moyen d’éviter de contracter ces maladies oculaires, mais si jamais vous tombez malade, des visites régulières chez le médecin peuvent vous aider à surveiller et stabiliser l’affection dont vous êtes victime. Les mesures préventives générales se résument à faire des examens réguliers, protéger les yeux contre les rayons UV en utilisant notamment des lunettes de soleil, éviter de fumer, contrôler l’hypertension artérielle et le diabète et maintenir une alimentation saine.

En mettant les patients en contact avec des professionnels de la santé par le biais d’une plateforme en ligne, SennaCare permet aux personnes qui en ont besoin d’accéder plus facilement à des conseils médicaux spécialisés sans quitter leur domicile. Grâce à notre plateforme, vous pouvez prendre rendez-vous avec un ophtalmologue à distance et bénéficier d’un examen complet des yeux à domicile. Le dépistage précoce du glaucome, de la rétinopathie diabétique, de la cataracte et d’autres affections oculaires est essentiel pour minimiser leur progression et préserver une bonne vision au fil du temps. Dans certains cas, plus la détection d’une pathologie ophtalmique est précoce, plus les chances de guérison sont grandes.

Si vous souhaitez obtenir plus d’informations sur nos services spécialisés, n’hésitez pas à nous contacter dès aujourd’hui !


Newsletter
Recevez nos publications directement dans votre boîte de messagerie
Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.
Optin